attestation : 7j/7 - 24 h/24

Info Covid-19 : nos services restent disponibles pour traiter vos annonces légales. Nos collaborateurs sont en télétravail jusqu'à nouvel ordre.
N'hésitez pas à nous contacter, de préférence par email contact@lelegaliste.fr.

Coronavirus : faut-il liquider sa société par anticipation ?

Le choc économique résultant du Coronavirus est annoncé comme le plus important depuis le krach de 1929, voire plus brutal encore. A ce stade, il est en réalité très difficile de faire des prévisions fiables, a fortiori des prévisions valables pour toutes les chaînes de valeur. Si le tourisme est bien sûr fortement impacté, à une échelle mondiale, il est possible que certains secteurs sortent renforcés d’une épreuve certes majeure mais pas insurmontable (voire notre article : “Après la crise du Coronavirus: les bonnes idées pour lancer sa boîte”). En tout état de cause, de nombreux entrepreneurs se posent des questions sur la pérennité de leur entreprise, voir sur la nécessité de liquider leur activité par anticipation, pour limiter les coûts liés à la crise du Coronavirus et à l’arrêt quasi-complet de l’économie. Est-ce le bon moment ? Quelles démarches effectuer ? Voici un rapide tour d’horizon pour savoir s’il faut dissoudre ou liquider sa société à cause de la crise du Coronavirus.

Liquidation société coronavirus - annonce légale

Tenir et affronter les difficultés...mais pas seul !

Dans la vie d’un entrepreneur, les moments ne manquent pas où l’on éprouve l’envie de baisser les bras...et où on se retrousse les manches. Pour de nombreuses raisons, on peut être déterminé à ne pas liquider sa société à cause du Coronavirus : la structure compte des salariés, des clients conservent leur confiance (et leurs budgets !) à l’entreprise, des partenaires ont manifesté leur souhait de soutenir la viabilité de la société...Ou tout simplement des raisons affectives et personnelles : après des milliers d’heures, des années, des week-ends à s’investir, hors-de-question de tout perdre en quelques semaines. Il est possible de se faire aider, et le Gouvernement a mis en place ou renforcé certains dispositifs de soutien exceptionnel aux entrepreneurs (voir notre article). L’important est de conserver un regard lucide, et une appréciation réaliste des perspectives de la société. Si le risque est démesuré et les chances de redressement des comptes de l’entreprise nulles ou presque, il sera peut-être préférable de s’orienter vers une dissolution anticipée de celle-ci.

Dissoudre et liquider sa société : les démarches

Les statuts d’une entreprise prévoient sa durée, même si les motifs de dissolution d’une société ne manquent pas (réalisation de son objet social, décision judiciaire, etc…). Les associés, et a fortiori l’associé unique, ont toujours la possibilité de la dissoudre par anticipation. Dans ce cas, il faudra bien sûr respecter les formalités prévues par les statuts en terme de prise de décision par les organes dirigeants. Mais il faudra aussi remplir les obligations de publicité légale. Une annonce légale devra rendre publique la dissolution et la désignation d’un liquidateur. Ce liquidateur établira le boni et le mali de liquidation, une fois tout le passif et les actifs de la société réglés, puis il faudra à nouveau une décision formelle de liquidation, diffusée par annonce légale. En cas d’accord entre associés, la procédure est relativement rapide et permet parfois d’éviter des pertes plus lourdes.